“Je me souviens, c’était une belle journée”, le livre

Pendant de longs mois, Damien, François et Melissa ont téléphoné à des seniors pour échanger des moments culturels avec eux. « Quel est votre film préféré ? », « Et votre première sortie au théâtre ? ». Au début, les mots restaient en suspens dans le creux du combiné, puis lentement, des souvenirs ont émergé. Au fil des conversations, on a ressenti le besoin de raconter. De se raconter.
C’est ce besoin qui est à l’origine du livre photo “Je me souviens, c’était une belle journée”. Plusieurs mois d’échanges téléphoniques nous ont laissé des trésors d’histoires dont les contours, flous au départ, se sont précisés dans les mémoires. On a tout écrit. On a tout voulu garder. Et pour poser des visages sur les voix, pour associer des images aux récits du quotidien, on a distribué des appareils photos jetables, à la porte, avec le masque et la certitude que bientôt, on pourra se rencontrer vraiment.
En découvrant les clichés développés, on s’est glissés chez Jeannine, chez Francine, chez Joëlle ou chez André. On a rencontré les petits-enfants, le chat, le jardin sous la neige. « Là, c’est un dessin que j’ai fait moi-même. » « C’est une photo de mon mari, le jour de notre mariage, il est beau, hein. Je m’en souviens, c’était une belle journée… »
Enthousiastes à l’idée d’une publication, certains ont fouillé leurs tiroirs, à la recherche de vieilles photos, d’écrits, de souvenirs à partager. À la fin du confinement, quand les portes se sont ouvertes, on a enfin découvert des visages. Ils étaient lumineux, enchantés de nous rencontrer, impatients de connaître la suite. Et pour immortaliser la fin d’un beau projet, Katherine Longly, photographe, s’est rendue dans les maisons pour réaliser des portraits.
Cet ouvrage est donc un ensemble de paroles récoltées, de photos réalisées par Katherine et par les personnes âgées, de documents d’archives précieusement conservés… Lointains pour la plupart, les récits ne sont pas linéaires ; ils sont posés comme ils sont venus, parfois succincts, parfois confus, tous témoins d’existences qui furent belles et bien remplies.
Capter l’essence d’une vie par téléphone, c’est une histoire de mois, mais c’est aussi et surtout une formidable aventure humaine 🎈
Et comme l’accessibilité à la culture est le maître mot de notre super directrice Emilie Lavaux, pour 5€ + frais d’envoi, on peut faire voler le livre jusqu’à vous 💋